Le thé en Inde débute son histoire assez récemment au début du 19ème siècle. Les Anglais avaient pour ambition de s’affranchir de leur dépendance à la Chine pour leur approvisionnement en thé. La production de thé en Inde s’est développée dans la deuxième moitié du 19ème siècle. La production s’est accélérée au début du 20ème siècle, grâce notamment à un procédé de transformation  (CTC) qui a permis de traiter les feuilles de moins bonne qualité et jusque-là délaissées. Ce procédé a également permis de développer le conditionnement du thé en sachets. L’Inde est aujourd’hui le 2ème producteur de thé au monde  et le 1er producteur de thé noir. Trois grandes régions en Inde sont productrices de thé : Darjeeling, Assam et Nilgiri.

700px-DarjeelingAu Darjeeling nous sommes au nord-est de l’Inde, tout proche du Népal à l’ouest et du Bhoutan à l’est. Les collines du Darjeeling  s’étendent jusqu’à 2500 mètres d’altitude et bénéficient d’un climat frais, d’un air pur et de cascades d’eau descendue des montagnes enneigées de l’Himalaya.
Le jardin Chamong est situé entre 1200 et 1800 mètres. La légende dit que le nom « Chamong » vient d’un oiseau qui enlève les feuilles et brindilles des bassins d’eau claire pour s’en servir pour son nid, maintenant ainsi la propreté et la pureté de ces bassins nécessaires aux habitants des collines.

 

 

 

 

800px-Tea_plantation_in_Sonitpur_district_of_Assam,_IndiaAssam est une région située à l’extrême nord-est de l’Inde,  entre le Bhoutan et le Bangladesh, dans la vallée du Brahmapoutre. C’est dans cette région que les britanniques ont organisé la production de thé au 19ème  siècle : un arbre découvert dans la jungle d’Assam en 1823, puis 10 ans plus tard le développement de la culture dans une première plantation.  Le résultat décevant convainc les anglais de trouver (en envoyant des espions !) en Chine les informations et les savoir-faire nécessaires à l’obtention d’un thé de qualité. Au milieu du 18ème siècle, Robert Fortune (un botaniste espion déguisé en marchand chinois) rapportera les informations nécessaires, et grâce aux graines et aux plans de théiers, et la main d’œuvre qualifiée, les plantations d’Assam parviendront à produire un thé qui rencontrera du succès en Angleterre. A la fin du 19ème siècle, la production de thé noir atteindra des volumes qui permettront aux britannique de s’affranchir de la Chine pour l’importation de leur breuvage préféré. J’ai lu plusieurs versions de cette petite histoire, j’aime assez l’image d’un botaniste anglais du 19ème siècle visitant les plantations en Chine, déguisé en marchand chinois ;-).

La région des Nilgiri est située au sud de l’Inde. Les récoltes ont lieu toute l’année. Les jardins de thé sont situés à flanc de montagne entre 1400 et 1800 mètre d’altitude, dans un climat chaud et ensoleillé avec des nuits fraiches. Le climat permet des récoltes toute l’année, contrairement à Assam et Darjeeling ou les cueillettes sont au nombre de 4 par an.

La différence entre ces terroirs, c’est l’altitude et donc le climat, l’alternance saison sèche/saison des pluies, la périodicité des récoltes. Les récoltes elles-mêmes ont une grande influence sur le gout et la qualité des thés : les premières récoltes de printemps sont très attendues à Darjeeling alors qu’à Assam les secondes récoltes sont les meilleures. Les Darjeeling sont subtils et riches en arômes, et d’une belle longueur en bouche. Les thés d’Assam ont un profil aromatique plus caractérisé, parfois amer, ce qui en fait un excellent thé du matin, que l’on peut aisément accompagner d’un nuage de lait. Les Nilgiri sont plutôt destinés au marché Indien, et notamment à la préparation du Chaï.

 

Chai latteLe Masala chai,  populaire en Inde et dans les coffee shop Londoniens, est un thé noir infusé dans le lait auquel on ajoute une infusion d’épices (gingembre, cannelle, poivre, girofle, muscade, cardamome, selon les recettes). Les indiens le boive généralement très sucré.

Le chai Assam de Shizen.t contient : du thé noir Assam, du thé des Nilgiri, de la cannelle, du fenouil, du gingembre, de l’anis, du clou de girofle, de la cardamome, tous ces composants étant exclusivement issus de l’agriculture biologique
Pour préparer un masala chai (ou chai latte) : infuser 1 cuillère à café de chaï assam dans 30 cl de lait bien chaud pendant 5 minutes, filtrer et servir. Ajouter une mousse de lait sur le dessus de la préparation pour plus de douceur et décorer avec un peu de cannelle.  A sucrer selon son gout, de préférence au sucre roux non raffiné.

 

 

 

Sources : « Le guide de dégustation de l’amateur de thé de Christine Barbaste, François-Xavier Delmas et Mathias Minet », « Portraits de thés de Lydia Gautier ».